Evénement

Un film qui va bouleverser l’enfant qui est en vous

septembre 2, 2015

Ce film de Clara Bellar, depuis sa sortie en 2014, continue à être projeté au cours de tournées sous la forme de ciné-débat. Pourquoi ? Tout simplement car il ne laisse pas indifférent et soulève des questions existentielles comme celle de la scolarisation de nos enfants.

A la fin du film, la parole est donnée aux spectateurs et aux associations locales présentes pour que chacun puisse s’exprimer sur son ressenti. Des pleurs et même des changements radicaux de vie ont suivi ces projections…
Le film continue son chemin et passe notamment au Pays basque, tous les détails sur la projection du film “Etre et devenir” le 30 septembre organisée au CGR de Tarnos par le collectif du festival pour la paix .

Au cours de notre vie, il y a des chemins que l’on prend sans réfléchir, car ils sont évidents.

Aller à l’école en fait partie. Pour ma part, ma mère est restée à la maison pour nous élever moi et mes soeurs, et je n’ai intégré l’école qu’à partir de 6 ans pour la primaire.

Quand j’ai fait ma première rentrée, l’institutrice était surprise de voir que je savais déjà lire et écrire contrairement à mes autres camarades de classe. Cela ne lui a pas plu que je sois en avance sur le programme et elle m’a pris en grippe toute l’année.
Ma mère a pris son rôle à coeur pendant ces années de non scolarisation et a su me guider dans mes activités.

J’ai toujours eu cette envie d’apprendre, et pour moi faire les devoirs m’intéressait autant que de jouer.

Pourtant je n’ai jamais aimé rester de longues heures enfermée dans une classe, assise derrière mon bureau.

J’avais besoin de sortir, de bouger…
J’ai poursuivi mes études jusqu’en Master, en ayant toujours cette difficulté à suivre les cours qui n’arrivaient pas à retenir mon attention.

Aujourd’hui je me rends compte que j’ai plus appris au cours de mes expériences professionnelles que dans mon parcours scolaire.

Tous ces cours auxquels j’ai assisté et qui ne me servent pas aujourd’hui, je le vois comme du temps gâché. J’aurais pu à la place le passer à apprendre ce dont j’avais réellement envie.

Aussi, maintenant que je suis devenue maman, ce chemin de l’école pour ma fille commence à pointer le bout de son nez. Savez-vous que l’école n’est pas obligatoire ? C’est l’instruction qui l’est jusqu’à 16 ans, cela signifie que l’on peut apprendre n’importe où et avec n’importe qui.
Et justement, petit comme grand, nous apprenons mieux quand on a réellement envie, quand on choisit le moment et ce que l’on souhaite apprendre.

Quand on est motivé c’est tellement plus facile.

Alors pourquoi continue-t-on à nous contraindre à suivre un rythme imposé, qui ne convient pas à tout le monde. Car chacun évolue différemment, nous avons tous des capacités qui nous sont propres, qui font de nous que nous sommes uniques.

Même dans le monde du travail on retrouve cette cadence effrénée où l’on ne prend pas en compte l’humain, seulement les besoins de l’entreprise.
On en vient à s’oublier, à ne vivre que pour travailler sans écouter nos véritables envies.
Sauf dans quelques start up qui commencent à comprendre qu’en laissant la liberté de choisir au salarié ses horaires de travail, il est plus productif car plus efficace en un temps réduit.
Aujourd’hui en étant à mon compte, ce bénéfice est flagrant : je gère mon temps de travail et cela me permet de mieux profiter de la vie au quotidien. Je vis selon mes envies et cela change tout.

Et bien pour un enfant c’est pareil.
De 0 à 3 ans on le laisse grandir à son rythme, sans lui imposer quand il devra marcher ou parler.

Pourquoi ne pas continuer à le faire toute sa vie durant ?

Quand on sait que plus de 40% des enfants en CM2 sont en échec scolaire en France, on est en droit de se poser des questions.

Et si l’adulte continuait à jouer son rôle en accompagnant l’enfant dans ses découvertes et en lui faisant confiance en sa capacité à se développer tout seul, en autonomie ?

Alors non, l’école traditionnelle n’est pas le seul chemin et je compte bien offrir à Mimi cette liberté de grandir à son rythme, guidée par un adulte qui respectera ses envies pour garder intact sa créativité et sa soif d’apprendre. Car je lui souhaite de vivre ses rêves et non pas de rêver sa vie…

Entourée d’acteurs locaux comme des écoles alternatives, des parents proposant l’Instruction En Famille (IEF), j’interviendrai lors de ce ciné-débat, en tant que maman qui cherche des solutions pour la scolarité de son enfant 🙂

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply RaClacla30 décembre 13, 2016 at 11:57

    Je n’ai pas encore eu l’occasion de voir ce film, mais après avoir lu ton article, j’ai regardé sa bande-annonce que j’ai trouvée vraiment bien… Je suis certaine que Mimi s’épanouira vraiment avec une maman comme toi.

  • Laisser un commentaire