Evénement

Conférence : Etre un parent parfaitement imparfait

octobre 4, 2015

L’association Doudedan que je représente, en collaboration avec Coeur de Famille Pays Basque, vous propose une conférence le 29 Octobre de 18h30 à 20h30 sur le thème “Etre un parent parfaitement imparfait”.


C’est avec grand bonheur que nous accueillons au Pays basque Mitsiko Miller de Projet famille en harmonie qui arrive tout droit de Montréal pour nous parler :
“Nous sommes parfaits dans nos imperfections et nous donnons notre meilleur avec les moyens que nous avons, dans tout moment donné. Réflexion sur le processus d’apprentissage, l’individuation, l’acceptation de soi, le lâcher prise, l’écoute de soi et les idées reçues qui nous empêchent d’être un parent serein, empathique et heureux”.

Etre parent parfaitement imparfait, c’est un peu une partie de mon histoire.
Et quand il s’agit de parler de moi, de m’ouvrir à vous chers lecteurs / lectrices que je ne connais pas, je me sens très vulnérable. J’écris sur ce blog et j’ai l’impression de me mettre un peu à nue. J’entends  cette petite voix qui me dit « est-ce au moins intéressant ce que tu as à raconter ? ».

Et puis d’un autre côté je ressens cette joie simple à juste partager ce qui rayonne dans mon cœur et ce qui me donne l’envie de sourire à la vie. Alors je décide de laisser tomber les jugements sur moi-même pour rester avec ce qui fait doux en moi.

Aussi, je vois que ce geste d’écrire est une manière de dire au monde la reconnaissance que j’éprouve pour la naissance de mon fils.

L’enfant par qui tout est arrivé, la naissance qui m’a fait à la fois naître mère mais aussi femme. Celui qui m’a permis de rencontrer l’humanité que je fuyais, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de moi-même.

Dès la grossesse, j’ai commencé à m’intéresser à l’accompagnement naturel, bienveillant et respectueux des enfants. Sous couvert de lui, je cherchais à me réconcilier avec moi-même…mais cela est une autre histoire !

Et donc je suis entrée dans le monde de la naissance respectée et physiologique, du maternage proximal. Je suis entrée un peu seule dans cet univers, fort heureusement accompagnée et soutenue par mon mari. A l’époque, nous bousculions un peu les croyances et les dogmes de notre famille et de nos amis qui avaient emprunté d’autres voies. Nous étions comme des pionniers avec nos idées, nos intuitions, nos ressentis et quand j’ai découvert le blog de Mitsiko, je me suis enfin sentie confirmée, confortée dans la justesse de mon cœur de maman.

Quelle libération de me dire « Waou mais je ne suis pas seule en fait » ! Et j’ai commencé ma boulimie de blogs de parentalité bienveillante, respectueuse, alternative, consciente ou tout autre mot que l’on peut mettre dessus.

Grâce aux publications du Projet famille en harmonie que je suivais avec ardeur, j’ai commencé à me faire plus confiance dans mes élans au-delà du regard des autres et j’ai appris à avoir foi dans mes inspirations.

Et puis, j’ai commencé à me voir telle que je suis, dans toutes mes imperfections et à apprendre à les accepter. Je suis toujours en chemin, en apprentissage…et quel bonheur pour moi de marcher sur cette route pavée d’or.

Oui, parce-que même si ce n’est pas toujours confortable, j’y décèle de nombreux trésors. Des trésors qui n’ont pas de prix.

Être parfaitement imparfaite, à travers ce que révèle mon rôle de maman, cela signifie pour moi oser ressentir et rencontrer mes peines, mes joies, mes tristesses, mes colères, entendre leurs histoires et les accueillir. C’est sortir du « ce que je dois », « ce qu’il faut », défaire mes croyances sur ce qu’une « maman devrait être » et sortir de la culpabilité de ne pas être l’idéal inatteignable. C’est me défaire de l’étiquette de « perfectionniste » que l’on m’a collé depuis enfant et à laquelle je me suis identifiée tant de fois…et parfois encore parce-que j’ai la croyance que si je suis parfaite je serais aimée d’elle, de lui. Peu importe finalement qui est ce « elle » et qui est ce « lui ».

Finalement, être parfaitement imparfaite me ramène à cette histoire d’amour et de liberté : la liberté d’être pleinement ce que je suis en le découvrant chaque jour grâce à cet enfant et le besoin vital de m’aimer avant tout.

Être parfaitement imparfaite, c’est pour moi une histoire de comment tomber en amour avec mon humanité et offrir tout cet amour à mon enfant pour qu’il puisse devenir pleinement ce qu’il est.

(PS : ceci ne relate que ma vision partielle et subjective en lien avec mon expérience personnelle au sujet de l’imperfection dans mon rôle de parent et ne constitue pas une approche de ce qui sera présenté lors de la conférence).

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le !
Et découvrez le projet du pôle 64, un espace innovant et unique pour nos enfants.

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire